Analyses scientifiques sur la bécasse des bois

La Rubrique de Philippe Vignac, chasseur de bécasses et observateur averti .

Becasse 2

 

 

 

 

 

 

ETUDE SUR L'ESTIMATION DES PRELEVEMENTS BECASSE DES BOIS

 

ONCFS - SAISON 2013/2014

 

 

Dans Faune Sauvage n°310 du 1er trimestre 2016, l'Oncfs publie les résultats nationaux des tableaux de chasse à tir, pour la saison 2013/2014 (60 espèces).

 

Pour la Bécasse des Bois, voici le tableau de l'évolution des prélèvements.

 

 

 

1983/84

1998/99

2013/14

Estimation du tableau national

(source Oncfs)

 

1.321.000

 

1.168.000

 

736.129

Intervalle de confiance de l'estimation

(source Oncfs)

N.c

2.3%

5%

Qualité de la saison (source Cnb)

N.c

Assez bonne, Ica 1.28

Très bonne, Ica 1.73

Écart en nombre et %

(ref 83/84)

 

- 152.710

- 12%

- 584.871

- 44%

Écart en nombre et %

(ref 98/99)

 

 

- 432.161

- 37%

 

44% de Baisse en Trente ans.

 

37% de Baisse sur les Quinze dernières années .

 

432.000 Bécasses prélevées en Moins sur une saison en 15 Ans ; ça interpelle !

 

 

Interrogé sur cette baisse au siège de la Fédération des chasseurs de la Gironde par un de ses membres, Kévin Le Rest du réseau Bécasse Oncfs a tenté d'expliquer la chute des prélèvements par une différence entre la méthodologie appliquée pour 2013/2014, par rapport à celle utilisée en 1998/1999.

 

 

 

Si certains ont pu se satisfaire de cette explication, d'autres dont je fais partie n'ont pas été convaincu.

Devant l'importance de la baisse, qui peut mettre en danger l'avenir de la chasse à la Bécasse avec des chiens, j'ai décidé de faire une étude complète sur le sujet.

Afin de ne pas dépasser mon seuil de compétence, je me suis entouré de l'avis d'un Docteur en Mathématiques appliquées et d'un Ingénieur Statisticien.

Je n'ai utilisé que les chiffres publiés par l'Oncfs et le Cnb, en prenant soin de téléphoner à François Gossmann et Kévin Le Rest pour leur demander des précisions sur l'enquête 2013/2014, tout en les informant que j'allais réaliser une étude sur ce sujet et que je leur enverrai le résultat.

Je suis parti du constat suivant :

Si c'est la méthodologie de 2013/2014 qui est en cause pour les Bécasses, elle doit donner les mêmes résultats pour les autres espèces chassées.

J'en ai retenu trois, sur lesquelles le monde cynégétique Français est d'accord pour en juger l'état actuel.

 

Le Pigeon Ramier (gibier le plus prélevé) : Jugement. Stabilité des effectifs.

Le Sanglier : - Forte hausse des effectifs.

Les Turdidés(4 espèces de grives) : - Forte baisse des effectifs.

 

 

Estimation du Tableau National

 

Estimation du tableau national (source ONCFS)

1998/99

2013/14

ECART

Pigeon - Ramier

5.168.980

4.926.324

- 5 % Stabilité des effectifs

Sanglier

343.628

723.896

+ 110 % Forte Hausse des effectifs

Turdidés

(4 espèces de grives)

4.537.960

2.291.574

- 50 % Forte Baisse des effectifs

Bécasses des bois

1.168.000

736.129

-37%  !!!

 

Résultat : Le constat est sans appel. Les résultats obtenus avec la méthodologie utilisée en 2013/2014 , sont en phase avec les observations des chasseurs pour ces trois espèces.

 

Qui peut croire, qu'une méthodologie qui fonctionne parfaitement pour toutes les autres espèces, ne fonctionnerait pas, uniquement pour la Bécasse des Bois ?

 

4aa81ca6bd99dbd1b28595514872b1b9Gaia52202 16

 

 

Remarques

 

1° Pour éviter les interprétations, l'estimation des prélèvements 2013/2014 aurait du être réalisée avec les deux méthodologies ; l'ancienne et la nouvelle. Cela n'a pas été fait.

 

2° Il est anormal, pour une espèce annoncée par les instances cynégétiques comme la plus suivie, surveillée, protégée qu'il n'y ait pas eu d'enquête sur l'estimation des prélèvements au minimum tous les cinq ans .

 

3° L'appréciation du Cnb jugeant la saison 2013/2014 Très Bonne (Ica 1.73), sous entend des prélèvements plus élevés que ceux de la saison 1998/1999, qualifiée

d' Assez Bonne(Ica 1.28). Cette constatation ne peut qu'amplifier la baisse réelle des prélèvements en quinze ans.

 

4° La possibilité selon laquelle l'estimation des prélèvements 1998/1999 aurait été presque faite « au doigt mouillé » comme le suggère un ami chasseur de Bécasses, ne peut être retenue. Elle remettrait en cause le sérieux du travail du réseau Bécasse de l'Oncfs, surtout pour la saison longtemps considérée comme la référence pour le niveau des prélèvements Bécasses en France(intervalle de confiance 2.3%).

 

5° Le carnet national de Prélèvements Bécasses en place depuis cinq ans (malgré son coût élevé 1.7 millions d'euros*) ne permet toujours pas de connaître l'estimation des prélèvements ! C'était pourtant son objectif. C'est tout simplement scandaleux !

De ce fait son résultat n'a pu être comparé à l'estimation 2013/2014.

 

6° Le PMA( prélèvement Maximum autorisé) à 30 oiseaux par saison ne peut avoir qu'un effet très limité sur le niveau des prélèvements.

Aujourd'hui en France à peine 1% des chasseurs de Bécasses(au maximum 3.000) aurait le potentiel d'en prélever plus de 30.

En supposant qu'ils aient eu la possibilité d'en prélever en moyenne 40 chacun, le nombre de Bécasses épargnées grâce au PMA ne dépasserait pas 30.000 par saison.

Ce n'est pas grâce à lui que l'on va justifier une baisse d'au moins 430.000 Bécasses.

 

7° S'il y a bien eu une baisse des permis de chasse en France en quinze ans, le nombre des chasseurs de Bécasses( autour de 300.000) est resté au moins stable. Par contre les heures passées par les chasseurs dans les Bois ont augmenté, confirmant le niveau exagéré de la pression de chasse sur cet oiseau. La baisse du nombre des permis de chasse ne peut donc pas justifier la baisse des prélèvements.

 

8° Les indicateurs utilisés par les spécialistes pour justifier de la bonne santé de l'espèce et de la stabilité des effectifs (ICA indice cynégétique d'abondance à la chasse), (IAN indice d'abondance nocturne au baguage), ne peuvent permettre que d'avoir une idée sur le niveau de fréquentation en France chaque saison ; en aucun cas de connaître l'état réel dans lequel se trouve le cheptel Bécasse Européen.

7feda22d8a2e75e28983bccc63bd768c

 

CONCLUSION .

 

 

Cette étude apporte une réponse claire aux interrogations de nombreux chasseurs de Bécasses.

Elle renforce ma conviction acquise depuis bientôt dix ans, grâce à mes recherches et observations sur cette espèce.

Le cheptel Bécasse Européen est sur une tendance à la baisse depuis le début des années quatre vingt dix. Cette tendance à la baisse s'accélère sur la dernière décennie au point d'en devenir inquiétante.

En quinze ans l'estimation des prélèvements Oncfs sur une saison a chuté d'au moins 432.000 Bécasses (-37% ), sans que personne ne donne l'impression de s'en émouvoir et de vouloir en connaître la cause.

Or une baisse aussi marquée des prélèvements Français, ne peut correspondre qu'à une tendance à la baisse inquiétante de l'effectif Européen.

Le monde politique cynégétique serait bien inspiré de tenir compte de ce nombre de Bécasses perdues de vue en tout juste quinze ans.

Le réseau Bécasse Oncfs n'a toujours pas donné une explication rationnelle à cette baisse.

Dans ces conditions, aujourd'hui, nous ne pouvons plus entendre et lire que l'espèce est en bonne santé, avec des effectifs stables. La plus grande prudence doit s'imposer.

Pourtant ces affirmations encore reprisent en boucle dans des réunions, par toutes les revues cynégétiques et par beaucoup trop de chasseurs, portent un tort considérable à l'espèce et à sa chasse.

 

Concernant la Bécasse des bois, il est urgent de sortir de la pensée unique, dans le but d'informer les acteurs de cette chasse sur la réalité de la situation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau