La chasse autrefois

La chasse autrefois,d'après mon expérience, je veux parler d'un monde très récent,c'est à dire depuis que je possède un permis de chasser en 1982. Cela peut surprendre,mais encore, en 1982,le lapin était bien présent, les compagnies de perdrix sauvages étaient encore présentes et le chevreuil était un gibier exceptionnel en terme d'abondance.

le biotope était différent,les prairies naturelles et permanentes étaient nombreuses,composées de plantes plus diverses ; pommiers, herbes,fleurs,champignons etc,un exemple; un champignon comestible qu'on trouvaient en abondance sur les prairies naturelles,le rosé des prés aujourd'hui disparu, mais aussi d'une faune composée de variétés et d'un nombre plus important d'insectes comme par exemple le Lampyre plus connu sous le nom de ver luisant, également une terre plus riche en lombric très fertile pour le sol. En effet , en 24h on peut considérer que la bécasse consomme son poids de l'ombric, Boidot J-P 2012.

La nourriture à l'époque était naturelle et abondante , vitale pour la perdrix et le lapin,les cultures traditionnelles de l'époque étaient composées de luzerne ,de trèfle ,les champs de betteraves et de choux étaient d'exellents garde-manger et de refuges pour cette faune.L'agriculture était moins mécanisée , l'agriculteur proche de chez moi effectuait encore des petits tas de fumier alignés comme des dolmens pour ensuite les disperser à la fourche unilatéralement sur son champ.

Capture becasse

les chasseurs pratiquaient leur passion souvent seuls, parfois deux,la diversité et la quantité du gibier permettaient à chacun de prélever du gibier relativement facilement avec des chiens qui bien souvent avaient des origines venant de ses collègues locaux ou amis, une génétique sélectionnée seulement avec les bons éléments quelque soit leurs origines.De part la quantité de gibier présent, les chiens devenaient rapidement expérimentés,le beagle et le batard formaient le contingent principal des chasseurs de l'époque.Je me souviens mon père possédait une petite chienne batarde qui avait une quête particulière en fonction de chaque espèce de gibier. On parcourait très peu de terrain , le lapin par exemple, qui était le gibier principal n'imposait pas de déplacement important,l"attente à la sortie supposée du  landier ou du roncier était parfois longue avant que le ou les chiens le fasse sortir pour rejoindre sa garenne.

La migration du pigeon ramier à l'automne était souvent présente et marquée , formant des nuages de pigeons ramiers composés de 300 ou 400 individus,ils se posaient principalement dans les bois composés de grands arbres pour repérer la nourriture encore bien présente dans les champs de maïs ou de blé présents tout l'hiver,les cultures étant moins intensives à l'époque.

Art 2 body2

 La bécasse était le gibier préféré de quelques chasseurs peu nombreux,exemple ,sur trois ou quatre communes avoisinantes , il y avait guère plus de 10 chasseurs à prélever la bécasse,et même beaucoup de chasseurs ne tiraient pas sur ce gibier"jugé trop petit" . Ce petit nombre de chasseurs de bécasse était plutôt solitaire,le nombre de bécasses levées dans une journée était bien plus important qu"aujourd'hui.

Les premières années j'ai souvent prélevé ma première bécasse de la saison également aux alentours du 15 octobre et pour des chasseurs plus anciens ,septembre était parfois le mois des premières bécasses .

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau