Le comportement des chasseurs aujourd'hui

Malgré l'interdiction de la chasse à la croule ou à la passée,le nombre de chasseurs qui prélèvent la bécasse à été multiplié par deux sur une période allant de 1980 à 2000(FNDC/Ferrand),et mieux encore le nombre de chasseurs était deux fois plus élevé qu'aujourd'hui ( 1.930.000 chasseurs en 1983).Par conséquent on constate les limites du système mis en place ,exemple le PMA est utile sur des périodes de froids exceptionnelles,a conditions aussi que les institutions soient plus réactives , mais ce sont des situations exceptionnelles. Les prélèvements de bécasses au printemps en Russie ont été multipliés par dix en un siècle ( Ferrand 2009 ),en Russie le nombre et le niveau des chasseurs augmente sans cesse.

a

Fort de ce constat il serait très étonnant que la situation s'inverse naturellement si les chasseurs en France n'interviennent pas rapidement et à plus forte raison dans les régions les plus fréquentées comme la Bretagne,la Manche,la Gironde, les Landes et d'autres encores. La bécasse en Europe est officiellement classée comme une espèce fragile et par conséquent, il est indispensable de mettre en place une politique de régulation rapidement.Dans certains départements ou l'ensemble des carnets est analysés avec un retour d'environ 85%, les chiffres sont sans appel, une baisse d'environ 50% des prélèvements est constatée depuis 10 ans,et oui vous lisez bien 50 %, voilà qui donne à réfléchir sur la gestion et l'immobilisme des instances de la chasse. Exemple dans le département du Doubs, la fédération a effectuée l'analyse des carnets(exemple à suivre) dans son intégralité allant de 2005 à 2010, ONCFS du Douds , et elle démontre une baisse constante d'environ 18% par an, en 2005,7158 bécasses prélevées, en 2010, 2323 bécasses prélevées. On peut en déduire que ce département ne justifie en rien de différent par rapport aux départements limitrophes voir au-delà ,donc il y a une forte propabilité que les autres départements sont aussi  en baisse, une telle baisse sur 6 saisons, il y a véritablement une tendance qui confirme une baisse importante des effectifs.

Maintenant il reste aux instances de la chasse de prendre leur responsabilités,elles n'ont aucunes excuses pour ne pas mettre en place l'analyse des carnets dans leur intégralité sur l'ensemble du territoire, et avec retour obligatoire du carnet et quelles fassent respecter l'application de cette règle qui n'est pas respectée aujourd'hui.

Dans la grande majorité du temps qu'on dispose pour chasser la bécasse, le PMA est inutile sous la forme actuelle,et donc les règles doivent évoluer rapidement afin qu'on puisse nous chasseurs inverser la tendance, plusieurs paramètres sont à notre disposition pour gérer les prélèvements, pour ainsi éviter les abus. Dans ma région certains achètent une maison seulement pour pouvoir chasser la bécasse,ça en dit long sur le pouvoir de la bécasse et sur l'engouement quelle provoque.

Actuellement,nous disposons de plusieurs paramètres, voici quelques propositions qui ne manqueront pas de faire débat avec lesquels nous pouvons intervenir, à adapter en fonction des régions, la répartition de la population bécasse n'étant pas homogène les conséquences sont fonction de la concentration des oiseaux et de la concentration de chasseurs.

Si on limite le nombre de bécasses par chasseur c'est pour limiter le nombre de prélèvement globalement c'est évident,mais si on augmente de 2500 le nombre de chasseurs, comme c'est le cas dans le Finistère. La possibilité des prélèvements en sera augmentée de 18750* bécasses. Par conséquent le PMA est un outil qui demande a évolué. 

Interdire le sonnaillon électronique

Cet appareil facilite énormément la chasse de la bécasse par la sonnerie qu'il produit pour situer l'emplacement du chien en arrêt. Depuis des siècles, les clochettes au collier des chiens sont déja utilisées sous Louis XIV ,elles sont amplement suffisantes et les chasseurs s'en sont contentés jusque là, à l'époque la chasse était un moyen de subvenir à ses propres besoins.

Quand on utilise ce genre d'appareil c'est surtout pour compenser un manque de dressage ou une hypocrisie de vouloir prélever un peu plus. A ceux qui utilisent ce genre d'appareil,plusieurs cas de figures sont possibles: soit ils ont des chiens mal adaptés à leurs capacités ou le nombre de prélèvement ne leur suffit pas. 

Pour les grands territoires, attribuer une réserve de chasse susceptible d'acceuillir la bécasse.

Au delà d'une certaine superficie , mettre en place un territoire viable pour la protection de la bécasse .Pour les ACCA par exemple, leurs réserves respectives peuvent faire l'objets d'études afin qu'elles puissent être utiles à la bécasse.

Une gestion des prélèvements en fonction de la qualité de la reproduction dans les pays de nidification.

Aujourd'hui les travaux des scientifiques doivent être utilisés à des fins de gestion plus réactive,c'est à dire prélever en fonction de la qualité de reproduction des mois précedents la saison de chasse et d'être aussi plus réactifs dans les périodes de climat exceptionnel durant la saison . Fixer un PMA en fonction de la qualité de la reproduction.

Un pma national

 éviter les déclinaisons départementales,il est scandaleux par exemple, que dans certains départements, que l'on puisse prélever 30 bécasses dans la journée par chasseur.

Pourquoi un ICA en fin de saison ?

 Voila un paramètre qui n'a pas été proposé par les instances de la chasse, cette question est pourtant primordiale pour gérer la bécasse, quel cheptel nous disposons pour la reproduction , ajoutez à cela les chiffres suivant: taux de réussite des nichées,sexage des oiseaux .

En France à partir de ces derniers chiffres avec en supplément l'ICA de fin de saison, nous serions en mesure de déterminer avec certitude que nous devons la pérennité de l'espèce et donc de la chasse de la bécasse dans nos régions aux autres pays qui eux ont une pression de la chasse de la bécasse moins importante.N'attendons pas, comme en Italie, que l'on ferme la chasse au 31 janvier !

Le comptage pour établir l'ICA peut être mis en place a partir du 21 février jusqu'au 10 mars, sachant que le pic de départ se situe dans la troisième décade de mars .  

Conclusion, vous l'avez compris, il y a une population de bécasses fragile et beaucoup de chasseurs veulent la prélever,par conséquent , il faut partager la part du gâteau, la source n'est pas inépuisable comme certains semblent le croire.

Voici un extrait d'un ouvrage datant de 1867 qui devrait faire réfléchir plus d'un chasseur.

 

L'ordonnance de 1578, celles de 1600.....1601 et 1607 condamnent absolument l'utilisation de chiens couchants* à la chasse,ordonnent de mettre à mort en tous lieux les chiens couchants*,et prononcent,en cas de contravention,des peines pécuniaires qui vont se doublant et se triplant,s'il y a récidive,et auxquelles s'ajoutent,pour les délinquants roturiers,les verges et le bannissement.

*chien d'arrêt

L'ordonnance des eaux et forêts de 1669, qui fit loi sur le fait des chasses jusqu'à la révolution,ne punit plus la chasse aux chiens couchants que de l"amende et du bannissement, ce qui était encore plus que rigoureux.La plupart,dit à ce sujet un commentateur du temps, s'imaginent qu'on ne peut aller à la chasse sans ces sortes de chiens couchants, c'est ce qui est étroitement et expréssément défendu par cet article,parce que cette chasse est cuisinière.

A la fin du 18 ème siècle, cette chasse était tolérée, sans avoir jamais été permise régulièrement.

Quand elle est trop active ou trop facile, la chasse devient un mal;elle ne décime pas seulement les animaux qu'elle poursuit,elle tend à leur entière destruction.

Cette dernière phrase est d'Eugène Gayot lui même chasseur et l'auteur de ce livre datant de 1867, avons nous appris depuis sur le comportement que nous devons avoir face au gibier? Je ne le crois pas,allons nous attendre et faire disparaitre la bécasse dans nos régions pour en prendre conscience ! Déja à l'époque une baisse importante du nombre de gibier était constatée et une minorité de chasseurs l'avait compris.

* résultats : calculés a l'aide du tableau des carnets de prélèvements et des prélèvements déclarés , rapport ONCFS 2012/13

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau