Paramètres prépondérants de la gestion de la bécasse des bois

Voici quelques éléments essentiels pour comprendre sur quoi peut-on s'appuyer pour gérer la bécasse.

 

Concrètement, une donnée éssentiel pour quantifier la réussite de la reproduction d'une espèce d'oiseaux, c'est la réussite des nichées, aujourd'hui les scientifiques ne disposent que de données fragmentaires concernant la bécasse, en effet certains scientifiques reconnaissent que pour trouver un nid de bécasse c'est comparable à un joueur de pouvoir gagné un million d'euros dans une machine à sous.

En effet, au cours d'une dizaine d'années de recherches en Russie en plein coeur de la zone de nidification de la bécasse, seulement un petite centaine de nids ont été découverts.(Ferrand/Gossmann)

Par conséquent pour mesurer la qualité des nichées en Russie, il est physiquement impossible donc d'utiliser le seule et unique élément fiable pour mesurer la réussite des effectifs de poussins. Je rappelle, environ 70% des bécasses sur la France proviennent de la Russie.

Actuellement, les scientifiques s'appuient sur le dénombrement des mâles chanteurs à la croule, cette méthode est aussi utilisée pour d'autres espèces, cependant cette méthode n'est pas totalement fiable pour établir un lien entre l'observation et la réussite des effectifs en fonction des sites d'observations. 

Il est donc difficile de mesurer la qualité des nichées et donc de quantifiée la bonne reproduction, l'âge ratio est l'élément de réponse pour estimer la proportion des jeunes prélevés lors de la chasse. Les données de la dernière saison nous indique une proportion de jeunes de l'ordre de 69%(Ricaud), ce pourcentage corresponds à la qualité de la reproduction mais en aucun cas à la quantité de bécasses, en effet l'âge ratio ne reflète pas forcément un cheptel initial en bonne santé sur le plan de la densité.Boidot J-P fait également cette remarque dans son ouvrage tome 1, mystérieuse et fascinante bécasse des bois 2012.

D9a56ca18f1823e459fede69afc73481

Actuellement nous n'avons aucune donnée fiable sur la quantification du cheptel bécasse, par conséquent il est possible d'obtenir un âge ratio identique avec des cheptels de tailles différentes. Je constate trop souvent un lien entre le nombre et la qualité, c'est à dire entre l'âge ratio et l'importance du cheptel. Durant la chasse nous prélevons environ toujours les mêmes proportions de jeunes avec une amplitude moyenne d"environ 7 points suivant les années, en revanche sans l'analyse des carnets dans leurs intégralités il est impossible de quantifier le nombre de bécasses.

Nous avons déja mesuré par le passé un âge ratio identique à la saison 2013/2014 constituée d'un nombre de bécasse moins important que par le passé. Nous ne pouvons pas continuer à gérer la bécasse seulement sur des estimations, la baisse des effectifs le confirme,nous avons un âge ratio de 69% et une baisse constante depuis maintenant dix ans environ, les chiffres le prouvent dans certaines régions comme le Doubs ou l'Aquitaine et même la Bretagne Est ou la encore le constat sur le terrain est sans appel. En effet la Bretagne Ouest n'est pas épargnée, l'ICA n'est pas un outil précis mais il indique malgré tout une tendance, et la tendance pour le Finistère est en baisse depuis plusieurs années, l'ICA du Finistère est passé en quelques années de 6,34 pour terminer à la saison 2013/2014 à 4,60.

En France ,une étude de 1991 à 2011 démontre une baisse constante de l'indice " croule ", qui a été constatée pendant 6 annnées consécutives sur le territoire, il me semble que l'engouement de la chasse de la bécasse est sans aucun doute la cause principale de cette baisse. (ONCFS Jura)

Par conséquent, étant donné que la chasse est pratiquée sur les zones de nidifications en Russie depuis maintenant un certain nombre d'années, nous devrions connaitre une situation similaire dans certaines zones en Russie Ferrand 2009.

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau